Joe McNally, né en 1952 dans le New Jersey, est un photographe américain internationalement reconnu dont le travail a illustré les pages du Time, du National Geographic Magazine et de Sports lllustrated depuis plus de 30ans. Lorsqu’il n’est pas sur une commande pour un grand magazine, Joe McNally enseigne l’éclairage, la réalisation de portraits en situation ou comment obtenir une photo qui sortira de l’ordinaire.

Le magazine « American Photo » le décrit comme l’une des cent personnes les plus importantes dans le milieu de la photographie et « peut-être photojournaliste le plus polyvalent actif de nos jours ». Il représente de nombreuses marques (Nikon, Kodak) et a gagné plusieurs prix (World Press Photo, Poy).

« J’ai toujours admiré les premiers photographes du magazine Life et j’ai essayé de les imiter d’une certaine façon. Ils étaient capables de photographier toutes sortes de sujets tels que des célébrités, des conflits internationaux, du sport ou de la politique »

Joe McNally - Ground Zero Portraits

Son projet le plus connu est probablement « Faces of Ground Zero ». Utilisant un Polaroid géant, il a immortalisé le portrait de 246 personnes « ordinaires », qui peuvent être considérés comme des héros suite aux événements du 11 septembre 2001. Ses photos ont ensuite été publiées dans un livre, dont la vente et la promotion ont permis de générer environs 2 millions de dollars, destinées aux équipes de secours. De nombreux professionnels et musées d’art estiment que cette œuvre est l’un des projets artistiques les plus importants issus de la tragédie du 11 septembre.

Joe McNally

Son style est somme toute très simple, très près du photojournaliste, mais avec un souci artistique et de composition propre à lui : parfois humoristique, parfois zen, parfois athlétique.

Etre photographe est comme marcher sur une corde raide : vous devez parfois vous pousser pour y retourner et avancer. La peur de l’échec peut être un facteur puissant de motivation, mais vous devez trouver votre motivation ou vous le pouvez, c’est vital. Soyez prêt à être critiqué. Accrochez-vous pendant les moments difficiles, même lorsque vous pensez que vos impulsions créatrices sont perdus, soyez tenace.

Joe McNally

Selon Joe McNally, un bon photographe doit savoir raconter des histoires au travers de ses images.

Vous ne serez pas toujours présent pour expliquer vos images chaque fois que quelqu’un les regarderont. Les images elles mêmes doivent raconter une histoire. Je pense que la technologie des outils photographiques d’aujourd’hui est merveilleuse. Elle nous ouvre des portes qui n’étaient tout simplement pas possible avant. Cependant, la technologie ne peut remplacer la narration de nos images.

Joe McNally

« Je l’ai dit un millier de fois et je continuerais à le dire: la lumière est un langage, une langue que les photographes doivent parler couramment. Il n’y a aucune vie dans une image sans la bonne lumière. Une des choses étonnantes au sujet de la photographie est que si une pièce du puzzle tombe, tout le reste vient avec elle. Si le sujet n’est pas intéressant, l’image échoue.

Joe McNally

« j’ai une confession à vous faire : il m’arrive souvent de perdre de l’intérêt pour une image que je viens de réaliser, elle devient l’image d’hier. Ce qui me fait avancer est l’image suivante. » Joe pense qu’il y a un sentiment d’urgence dans l’esprit photographique, que si nous sommes satisfait de ce que nous avons fait, nous perdons un morceau de cet état d’esprit. Joe nous incite à creuser plus profondément en nous même afin d’aller plus loin. « Aucun photographe n’a jamais réalisé une image parfaite. »

Je suis peut être suffisamment intelligent ou peut être assez âgé pour savoir que c’est tout simplement impossible de réaliser une image parfaite et c’est une des raisons qui doit pousser les photographes à en vouloir d’avantage. Ils ne doivent jamais être satisfait.


« Stay strong and keep shooting », c’est sa philosophie de vie et son rêve. Pour qu’il puisse continuer à vivre ce qu’il aime avant tout dans la photo : le contact, les relations développées avec les gens.


A 60 ans, Joe McNally n’hésite pas à grimper sur le plus haut gratte-ciel du monde (828m) le Burj Khalifa en Arabie séou­dite pour réa­li­ser des cli­chés hors du commun.